Compte-rendu du CDEN du 08/11/2016

Ce CDEN a commencé à 14h30 et s’est terminé vers 17h30. Nous déplorons le départ de nombreux membres du CDEN, dont le représentant du préfet, avant la fin de la séance. Nous nous inquiétons donc de la valeur accordée par l’Administration aux échanges tenus dans cette instance.

Bilan de rentrée

Premier degré

L’IA rappelle les opérations de carte scolaire de la rentrée. Le poste partiel créé à la maternelle de Lavardac restera incomplet jusqu’à la rentrée 2017. Nous rappelons que cette école est dans l’attente de l’ouverture d’une vraie classe compte tenu de l’évolution de ses effectifs. L’IA confirme nos informations et envisage une ouverture à la rentrée 2017.

Nous indiquons à l’administration les autres écoles qui méritent selon nous des ouvertures de classe dont Aiguillon, Tonneins, Estillac et Beauville en priorité. L’IA qui n’a pas apprécié la mobilisation exemplaire des parents et de la municipalité de Beauville a indiqué que cette école, à qui il a rappelé n’avoir fait aucune promesse, serait traitée comme les autres lors des prochaines opérations de carte scolaire. Alors qu’on lui fait remarquer qu’il a mis un ZIL à disposition de l’école quatre matinées par semaine, il signale qu’il ne l’aurait pas fait si cet enseignant n’avait pas été rattaché à l’école.

La FSU dénonce enfin la fermeture à la rentrée d’une classe à l’école Jasmin de Sainte-Livrade

En conclusion, l’IA indique qu’il gère sa carte scolaire avec un horizon de deux à trois ans en dialogue avec le Recteur. Il évoque les villes de Marmande, Sainte-Livrade et Tonneins pour lesquelles ils étudie la mise en place de dispositifs de scolarisation de TPS dans l’optique d’atteindre 14 à 15% d’élèves accueillis. Il présente également un bilan statistique de la rentrée 2016. Nous regrettons que cette présentation ne rappelle pas des données plus anciennes, telles que le taux de scolarisation des moins de trois ans qui était de l’ordre de 30% (contre 10 ou 11% aujourd’hui) au début des années 2000.

Nous revenons aussi sur le problème de ressources humaines qui conduit à la vacance de 11 postes pour le premier degré dans notre département.

Second degré

L’IA poursuit sa présentation de la rentrée avec le second degré. La FSU rappelle que pour le second degré, notre département est celui qui a plus de postes vacants de l’académie. L’IA présente différents indicateurs : taux de réussite au brevet, aux bacs, taux de redoublement en fin de 6e et de 3e. Certains montrent un décrochage du département (brevet), d’autres de bons résultats.

La FSU met en cause la valeur des résultats aux examens : ces chiffres reflètent aussi les pressions qu’exerce la hiérarchie pour obliger les professeurs qui corrigent les épreuves à augmenter leurs notes.

La FSU suggère également que la baisse des taux de redoublements ne fait que constater l’interdiction qui est faite aux équipes de recourir à ce moyen pour aider les élèves en difficulté. Là encore des évolutions plus longues montrerait mieux les évolutions du système éducatif que des comparaison d’une année sur l’autre. Un débat s’est engagé sur la pertinence du redoublement : l’administration campe sur une position assez dogmatique d’inutilité absolue. La FSU rappelle que cela n’a jamais été une panacée mais que bien préparés certains redoublements pouvaient être bénéfiques. Nous rappelons également que l’interdiction du redoublement permet aussi d’économiser des postes ce que l’IA conteste pour notre département. Il indique aussi que les projets de secteurs seront un des moyens d’améliorer le fonctionnement et la performance du système éducatif.

École numérique

L’administration présente le déploiement des outils numériques et des TIC dans les écoles et particulièrement de l’ENT qui est un moyen de favoriser l’équipement des écoles. La FSU s’interroge sur le fait que cet outil soit payant.

Dans certains collèges, les élèves de 5e sont dotées d’une tablette configurée pour le travail scolaire. Ces moyens sont appelés à être progressivement déployés plus largement, pour le cycle 4. Les cycles 3 pourraient à terme également profiter de ces dotations… À suivre…

Rythmes scolaires

Cette année, 74 communes doivent renouveller leur PEDT et ont donc préparé des bilans de la période 2013/2016. Huit écoles ont demandé des changements d’horaires marginaux dans le cadre du renouvellement de leur PEDT et deux autres hors de ce cadre. L’administration nous a confirmé qu’il est possible de consulter ces bilans auprès de la DSDEN ou de la DDCSPP (direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations). La FSU s’inquiète des situations dans lesquelles il y a désaccord au sein du conseil d’école. L’administration rappelle le rôle de médiation des IEN dans ces cas.

La charte d’occupation des locaux a été republiée récemment au COEE. Il devrait de même pour le règlement départemental des écoles bien qu’il n’ait pas été formellement présenté au CDEN.

Convention rurale

L’IA présente enfin, au titre des questions diverses, la mise en place d’une convention rurale dans le Mézinais. Cette convention conduit à la fusion de deux RPI et à la fermeture de l’école de Villeneuve-de-Mézin, à moyens constants. L’école de Sos accueillera le cycle 1, celle de Sainte-Maure-de-Peyriac le cycle 2, celle de Poudenas, la plus proche du collège de Mézin, le cycle 3. La FSU regrette que l’administration ne garantisse pas formellement le maintien des écoles et du nombre de postes pour la durée de la convention.

D’autres conventions rurales sont envisagées mais l’IA estime prématuré de nous informer plus avant sur ces projets très peu aboutis.

Élèves migrants

Il n’y a pas d’arrivée massive de migrants dans notre département. Seuls 5 élèves arriveront dans notre département, à l’antenne du CADA de Nérac.